Image de Vshal Rt

Dignité.

QUESTIONS

1. - Comment est-ce que je définirai la dignité humaine ?

- Existe-t-il des critères qui font que l’homme est plus ou moins digne ? (souffrance, actes répréhensibles, etc.)

- Lien entre dignité et valeurs objectives et universelles.

Lewis écrit à propos de l’identification d’une valeur objective comme pré requis nécessaire d’une action et d’une pensée rationnelle. Si nous ne pouvons pas donner de raison ou de justification pour l’identification de valeurs objectives, pouvons-nous donner un argument cohérent pour l’idée de digité de la personne ? - Si oui, sont-ils objectifs ou subjectifs ? - Si critères, qui les applique ?

2. - Conséquences de la dignité humaine (Gandhi, UNESCO) - Pour moi ? - Pour les autres, pour la société ? - Exemple dans mon secteur d’activité ou d’étude ?

 

 

OBJECTIFS

 

Ce chapitre explore le concept de dignité humaine. La définition de ce qu’est la dignité humaine est le fondement de notre projet de réflexion. La notion sur laquelle tout pourra ensuite reposer. Les lectures sont des exemples d’expériences humaines qui montrent l’existence d’une valeur objective de la personne.

 

 

LECTURES

C.S. Lewis, Les hommes vides -

K. Wojtyla, L’expérience de l’homme -

A. de Saint Exupéry, Lettre à un otage -

M.K. Gandhi, Le Satyagraha -

UNESCO, étude de cas sur la dignité humaine -

Suggestions de films : Invictus, Elephant Man -

Suggestions de livres : Un arc en ciel dans la nuit, Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur

Image de ian dooley

Liberté.

Questions

1. Définition ​Comment définiriez-vous la liberté par excellence ? Quel est son lien avec la dignité humaine ? (Dans les extraits de V. Frankl ou Mandela par exemple, à mettre en rapport avec Gandhi) - Selon Spaemann (p. 21), la liberté de « faire ce que je veux » est une platitude. Qu’en pensez-vous ? Comment peut-on rapprocher la notion de liberté et celle de bien et de mal ?

1. Conséquences de la liberté 

​Choisissez un de ces thèmes et dites ce qu’il vous évoque :

o Liberté d’entreprendre

o Liberté de conscience

o Liberté de religion ou de croyance

o Liberté des peuples

o Liberté d’expression - Liberté individuelle, liberté collective :

Comment comprendre la liberté de la personne au sein d’une société multiculturelle ?

 

 

Objectifs

 

La dignité intrinsèque de chaque homme à travers les concepts de liberté, solidarité, culture, écologie et travail. L’expérience de la liberté est le pré-requis nécessaire pour vivre la solidarité avec les autres ou pour construire une culture. La solidarité et la culture sont des biens qui requièrent une coopération libre d’individus. Dans l’expérience de la solidarité, chaque personne utilise sa propre liberté et la joint à d’autres pour poursuivre un bien commun. La culture est l’expression individuelle et collective d’une société et inclut ses croyances et valeurs.

 

Ce chapitre a pour objectif de comprendre l’origine de notre liberté personnelle et la manière dont il est possible de mieux l’exercer en accord avec notre dignité. Le deuxième objectif est de comprendre les différents types et niveaux de liberté. Le troisième objectif est d’aborder l’importance de la liberté de conscience, de religion et de croyance.

 

 

Lectures

N. Mandela, Discours d’investiture - S. Jobs, Discours à l’université de Stanford - V. Frankl, Découvrir un sens à sa vie - Spaeman, l’Ethique philosophique ou : le bien et le mal sont-ils relatifs ? - Films (suggestion) : Sophie Sholl, l’homme de fer, the Lady. - Vidéo : Philosophie Arte - Liberté - avec Frédéric Worms (26 min - Youtube) - Livre : Pain Amer, M.O. Ascher; Anna Karénine, Tolstoï, l’Alouette, d’Anouilh, - Articles en anglais (optionels) : G. Weigel, Two ideas of freedom ; M.A. Glendon, Religious freedom a second class right ?

Image de Mark McGregor

Solidarité.

Questions​

1. Définition et réflexion
 
- Qu’est-ce que la solidarité ? Nuance par rapport à la fraternité ? - Peut-on vivre sans solidarité ? Peut-on vivre sans l’autre ? - Dans la déclaration du Dalai Lama, quels sont les concepts clefs ?

2. Conséquences de la solidarité et de l’interdépendance des personnes Choisissez un de ces thèmes et dites ce qu’il vous évoque :
- Solidarité intergénérationnelle et place des personnes âgées dans la société  
- Solidarité internationale et ingérence humanitaire
- Répartition des richesses, justice distributive et égalité.

 

 

Objectifs
 
Ce chapitre introduit le concept de solidarité à travers l’histoire et en particulier dans ses récents
développements pratiques et théoriques. Il est important de comprendre que l’idée de solidarité commence comme une amitié envers des individus. Une telle amitié doit être basée sur une reconnaissance mutuelle de la valeur de chaque personne et cette valeur demeure vraie même si les opinions ou les idéologies sont différentes. Dans les sociétés en « bonne santé », cette valeur est réclamée et respectée. Dans les sociétés en « mauvaise santé », les sociétés totalitaires par exemple, la valeur de la personne devient relative et les personnes peuvent être dénigrées pour des raisons matérielles ou idéologiques. Les lectures qui suivent proposent différents exemples de solidarité. Elles mettent en lumière le pouvoir qui germe lorsque l’on vit dans la vérité et dans le défi offert aux régimes et systèmes qui refusent de reconnaître la valeur de la personne humaine comme vérité objective.

 

 

Lectures

P. de Coubertin, Testament sportif - Dalaï-Lama, la communauté globale - Gandhi, Tous les hommes sont frères - Churchill, discours du 13 mai 1940. - Céline, extraits « Voyage au bout de la nuit » - Films (suggestion) : la Cité de la joie, de Roland Joffé - Livre : L’homme n’est pas la mesure de l’homme, de Xavier Emmanuelli, la petite fille de Monsieur Linh, de Phillipe Claudel.

Image de Sara Kurfeß

Culture.

Questions​

1. Définition et réflexion
- Quelle est la relation entre l’art et la culture ? Comment l’art reflète la culture et ses valeurs ? - Peut-on objectivement déterminer la valeur ou la beauté d’un objet d’art ?
 
2. Conséquences de la Culture sur notre environnement
- Pourquoi les politiques peuvent avoir un intérêt à la création artistique ? Quels sont les effets de l’influence de la politique sur l’art ? sur les personnes ? - Ces articles montrent la nécessité de maintenir notre capacité à voir la réalité telle qu’elle est. Pourquoi est-il dangereux de ne pas être capable de discerner le principe de réalité ? Qu’est-il possible de faire pour contrer cela ?

 

 

Objectifs
 
Ce chapitre introduit la notion de culture comme l’expression d’une société et d’un ensemble de valeurs. La culture est la manifestation de la capacité humaine à s’adapter à son environnement. Grâce à la culture, l’homme fait de cet environnement non seulement un lieu vivable mais une expression de son esprit. Cela met en lumière la manière dont un artiste n’est jamais complètement détaché de la société dans laquelle il se trouve : l’art reflète quelque chose de la personne et du lieu où l’œuvre a été créée. Cela met également en lumière l’importance de la culture pour pouvoir comprendre et respecter la dignité des personnes. Enfin, une plus grande connaissance de la culture entraîne une plus grande liberté d’action. Ces lectures examinent d’une part le lien entre la raison et l’art et d’autre part l’utilisation de la culture dans la promotion d’idéologies politiques. C’est spécialement évident dans les textes de Havel et Arendt. « L’art idéologique » reflète une réalité fictive et trompe ses observateurs en leur faisant croire que ce qu’ils voient est vrai (propagande). L’objectif de ce chapitre est de comprendre l’importance de la culture pour vivre ce qui a été vu dans les trois chapitres précédents : dignité, liberté et solidarité. Il s’agit de respecter chaque personne et donc chaque culture sans perdre sa propre culture et sans tuer celle qui est différente.

 

 

Lectures

Vaclav Havel, Le pouvoir des sans pouvoirs - Hannah Arendt, La crise de la culture (extraits) - Jacques Maritain, La vie préconsciente de l’intellect - Simone Weil, De l’attention - Henri Bergson, La politesse - Livres : Joseph Pieper, Le loisir fondement de la culture ; Simone Weil, l’enracinement